Rien de mieux qu’un conte de fées pour débloquer…

 Je suis toujours aussi enchantée et comblée quand je plonge avec mes participants dans l’univers de l’imprévisible et du jeu. J’ai l’impression d’entrer dans un conte de fées.

On se retrouve au cœur des choses, en état de découverte amoureuse et un moment merveilleux et transformateur pour tous s’improvise sous nos yeux

En voici un exemple frappant avec Bip, un homme en quête d’un travail qui correspond à sa vraie nature. Aujourd’hui, à peine installé dans son fauteuil, il m’annonce qu’il étouffe.

Je lui demande avec curiosité ce qu’il étouffe et lui offre spontanément une vieille clé trouvée chez un antiquaire pour l’aider à se mettre en état de découverte amoureuse,: tourne-la doucement à l’endroit de ton corps où tu étouffes et laisse émerger ce qui vient sans te casser la tête. J’entends en écho à l’intérieur de moi: tourne la chevillette et la bobinette cherra.

Nous voilà à l’orée du pré-visible et du merveilleux. Sa réponse bondit de sa bouche  comme un lapin: je ne veux pas écouter ce qui vient de moi, c’est ça que j’étouffe. Ça fait trop longtemps que je suis obligé de répondre à ce qu’on attend de moi.

Bip m’a déjà raconté comment il avait été ridiculisé à l’école. Depuis ce temps, pour fuir sa honte et prouver à son entourage qu’il est capable de répondre à leurs demandes,  il étouffe lui-même ce qu’il est, vit et veut réellement.

Pour ajouter l’inutile au désagréable, il se tape sur la tête de ne pas être assez bon pour s’en sortir avec les nombreux cours de croissance personnelle qu’il suit.

Après avoir improvisé une chanson sur son conflit intérieur, je l’invite à laisser s’exprimer la part de lui qui étouffe ses élans. Oups, il s’étouffe encore plus tout en forçant du nez pour me répondre. Il se contorsionne comme un bretzel. Si on continue comme ça, on risque d’étouffer son moteur de vie…

Comme de fait, au bout d’un moment, tout ce qu’on arrive à créer ensemble c’est une symphonie de bâillements. Il baille, je baille, il baille aux corneilles, je baille de plus belle…

À moi d’oser aller dans l’inconnu au lieu de l’inciter à le faire. Je fais les yeux doux à l’inconnu et me prépare à danser avec l’imprévu.

Mon mental isoloir en profite pour chigner un peu. Aucune idée de ce qui va se passer ou de ce que ça va donner alors impossible pour lui de contrôler quoi que ce soit et il n’aime pas ça.

Mais je fais confiance et demeure alerte en attendant un signal.

Soudain, Bip me demande si le grand cheval en bois qui est au centre de ma pièce était là la dernière fois. Une impulsion furtive surgit en moi. Je la saisis au vol : oui et il t’attend, depuis longtemps pour galoper, lève-toi et monte dessus!

Il hésite un moment puis va s’assoir à califourchon sur le cheval. Nous voilà tous les deux en cavale, lâchés lousse dans la brousse vivide des mouvements échevelés.

Je me laisse emporter à crier des ti-galops rythmés en l’invitant à suivre mon tempo sur son cheval. Mon rationnel déboussolé court en arrière en criant : aie, aie où est-ce que vous allez comme ça?! Pas le temps de l’écouter. Je me laisse porter par la vie qui nous transporte au-delà de la lourdeur et de la stagnation de tout à l’heure.

Je demande soudain à Bip ce qu’il vit et voit sur son cheval. Aha, aha, aha, je ne suis plus pris dans ma tête, je suis dans mon corps. Ça bouge et j’ai le goût de suivre mon mouvement… Je n’étouffe plus.

Il est content d’avoir retrouvé une part de sa vitalité et de sa liberté et abasourdi des chemins par lesquels on est passés ensemble.

De mon côté, je suis enchantée d’avoir trouvé avec lui la porte d’entrée de son flot créacoeur. Mon audace grandit de fois en fois, ma foi! Pour moi ma Myéline y est pour quelque chose…

Imaginez cette semaine que vous êtes un personnage de conte de fées et que les autres sont aussi des personnages dans votre conte.

Que tout ce qui vous entoure prend vie et vous parle pour vous faire découvrir des trésors qui répondent à ce qui vous tient à cœur et que la magie de la découverte amoureuse peut se passer avec n’importe qui, à n’importe quel moment.

Écoutez, regardez, sentez les signaux que vous recevez de ce qui attire votre attention autour de vous. Puis, tournez votre clé et dites tout bas : tourne la chevillette et la bobinette cherra.

Imaginez qu’une porte s’ouvre sur un monde merveilleux et délicieux insoupçonné.

Quelle attitude, quel regard, quel élan ou geste nouveaux ça vous inspire?

P.S. La magie était au rendez-vous au groupe d’improrelations en fin de semaine : on a utilisé tout ce qu’on vivait pour aimer et créer au-delà de ce qu’on pouvait imaginer et galopé ensemble dans l’univers du Coeur Créateur…

Vous aimez? Souscrivez à ma liste d'envoi et recevez des pratiques, des articles, des clés pour aller vers ce que votre coeur désire les cheveux au vent et le coeur léger dans la décapotable de la vie!

Recevez aussi en cadeau les clés pour transformer vos impasses en possibilités inespérées!

Merci, vous avez bien été ajouté sur ma liste d'envoi