Enfin des questions qui nous enlèvent de la pression!

2E9A9292
Vous êtes devant un mur ou un obstacle, vous tournez en rond et vous vous mettez de la pression sans satisfaction à l’horizon?

Vous ne voyez pas comment il pourrait sortir quoi que ce soit de bon ou de neuf de votre situation ou de votre état actuels?

Pour vous en sortir, vous êtes portés à vous poser des questions qui vous mettent de la pression comme : « qu’est-ce que j’ai fait de pas correct pour que ça m’arrive », « pourquoi je me sens comme ça, qu’est-ce qui ne marche pas avec moi », « comment ça se fait que ce n’est pas encore réglé cette affaire-là », « qu’est-ce que j’aurais dû ou pas dû faire, qu’est-ce que je devrais faire ou ne pas faire » ?!?

Ces questions sont stressantes parce qu’elles sont pleines reproches. Elles partent du principe que qui vous êtes et ce que vous vivez présentement ne sont pas corrects, pas bons, pas assez.
Elles sont inutiles parce qu’une inspiration qui vous permettra de faire un pas créateur pour vous rapprocher de ce que votre coeur désire, est contenue dans ce que vous vivez et ressentez maintenant.

Autrement dit, plus vous résistez à ce que vous vivez et ressentez dans le moment, plus vous résistez à ce qui vous tient à cœur !
Eh oui ! Pour faire un pas vers ce que votre cœur désire, il faut d’abord que vous fassiez un pas vers votre cœur, cet allié ingénieux et généreux qui ne rejette rien, au contraire qui inclut tout dans sa création amoureuse.

Alors, si vous voulez découvrir une nouvelle piste dans votre expérience actuelle, laissez aller votre manière habituelle d’aborder ce qui vous arrive comme si vous aviez un problème de fabrication. Abordez-la comme une porte d’entrée vers une possibilité libératrice et bienfaisante.

Comment? En vous posant des questions sans pression c’est-à-dire sans reproches envers vous, la vie ou les autres.
Ce sont des questions amoureuses et créatrices qui ouvrent la porte à vos inspirations en faisant un mariage heureux entre ce que vous vivez, rencontrez et désirez.
Elles partent du principe que chaque expérience, chaque situation, chaque interaction contient un pas amoureux et créateur qui vous rapproche de votre coeur et de ce qu’il désire vivre et réaliser.
Elles vous donnent accès à la part de vous la plus bienveillante et talentueuse (un croisement entre Fred Pellerin et Mère Teresa) pour laisser émerger des possibilités inespérées de ce que vous vivez et rencontrez maintenant.

Le seul fait de les poser vous fera respirer et vous allègera de vos jugements,blâmes, résistances, regrets et prévisions catastrophiques. Déjà ça vaut la peine !
Miles Davis disait : ce n’est pas la note que vous jouez qui est mauvaise, c’est celle que vous jouez après qui la rend juste ou non.
Autrement dit, ce n’est pas ce que vous vivez qui est bon ou non, c’est ce que vous faites à partir de ce que vous vivez qui le rend bon ou non.

Je rencontre plusieurs personnes bloquées dans leur expression, leurs réalisations et leurs créations, parce qu’elles jugent ou rejettent où elles sont présentement.
Je leur rappelle que pour bien programmer un GPS, on doit d’abord connaître et accepter son point de départ, sinon on ne se rend pas à bon port!Je me suis moi-même souvent retrouvée dans des impasses.
Mon mental rétréci par les lavages de cerveaux de mes peurs et mes crispations, me dit alors de pas charrier, y’en a pas de maudites possibilités dans ce que je vis, tout ce qu’il me reste à faire c’est aller m’étendre sur l’asphalte pour dormir, me boucher le nez en attendant que ça passe ou résister de toutes mes forces contre ce qui m’arrive !!
Pourtant, malgré cette voix, chaque fois que je me pose une question amoureuse et créatrice, précédée d’un beau ôôôh arrosé de curiosité, je me sens comme Moïse devant la Mer Rouge:
les portes de mon cœur et de mon esprit s’ouvrent et j’ai accès à des ressources et des inspirations qui me font faire des pas vers mon coeur et ce qui me tient à coeur.

La pratique

Les conditions pour que vos questions sans pression portent fruit
1- La qualité de votre attitude est vitale pour cette pratique: posez ces questions avec une réelle curiosité, un genre de pré-émerveillement joyeux comme un enfant sur le point de déballer ses cadeaux.
2- Ne cherchez surtout pas la réponse dans votre tête, elle ne viendra pas de là et ne forcez pas du nez pour trouver comment résoudre votre problème ou votre dilemme.
Même si aucune inspiration ne vous vient, rester simplement en présence de ces questions vous fera le plus grand bien et vous gardera ouverts, éveillés, dans la joie.
Laissez mûrir la réponse comme un fruit sous le soleil de votre attention chaleureuse et détendue.
3- Acceptez d’être dans le vide pour un moment et gardez votre attention dans votre corps, votre poitrine et votre ventre, jusqu’à ce que vous ressentiez une ouverture, un soulagement, une joie, une inspiration ou une impulsion…
C’est cette qualité de présence qui va vous donner accès à des ressources insoupçonnées.
La question qui vous convient le mieux sur le moment est celle qui produit un regain de vitalité, une joie, une ouverture, une respiration ou un sentiment de libération dans votre corps. Vous pouvez aussi en inventer.
La réponse vous viendra en temps et lieu à travers une impulsion, une inspiration, une interaction, une lecture…

Les voici, les voilà ces questions sans pression !

– Ôôôh ?! comment je me sens quand je m’ouvre à la possibilité que ce que je ressens maintenant – cette peine, ce malaise, cette frustration …- est parfait pour me rapprocher de ce que mon coeur désire?
– Ôôôh ?! comment je me sens quand je m’ouvre à la possibilité de recevoir de cette situation du beau, du bon et du nouveau qui me comble et m’allume?
– Ôôôh?! qu’est-ce que j’ai besoin d’ accepter ou de me permettre pour que – insérez votre obstacle – me rapproche de ce que mon cœur désire -insérez votre désir- ?
– Ôôôh?! quelle part de moi j’ai le plus besoin d’aimer pour me sentir vivant et inspiré face à cette difficulté?
– Ôôôh !? qu’est-ce que je dois laisser aller pour que ce blocage, cet échec ou ce conflit me rapproche de moi et de ce que je désire?
– Ôôôh !? qu’est-ce que j’ai besoin de m’avouer et d’accepter, face à ce projet ou cette rencontre, pour découvrir une possibilité nouvelle qui me permet de réaliser ce que je veux?
– Ôôôh !? qu’est-ce que je dois embrasser pour être ouvert à ce qui cherche à naître de bon à travers cette situation ou cette personne?
– Ôôôh !? Qu’est-ce que j’ai besoin de me permettre d’être, de sentir ou d’exprimer pour ne pas en vouloir à telle personne, telle situation et retrouver mes élans amoureux et créateurs?

Après les avoir formulées, lâchez prise sur quand et comment les réponses vont venir. Elles peuvent se pointer sous forme d’inspirations, d’impulsions, à travers des situations ou des rencontres. Mes réponses me viennent souvent à travers une lecture, une impulsion ou une interaction.

Alors, la prochaine fois que vous ferez une fausse note, que vous frapperez un mur ou que la vie ne répondra pas à vos désirs, au lieu de vous poser des questions pleines de reproches qui vous mettent de la pression, pratiquez l’art des questions amoureuses et créatrices !

Des p’tites nouvelles pour vous
Les ateliers d’improrelations s’appelleront désormais les ateliers Cœur Créateur.
Les participants d’un atelier Cœur Créateur ont récolté 3,200.00$ lors d’un souper-bénéfice qu’ils ont organisé ensemble pour un orphelinat du Cambodge qu’une participante a visité! La soirée qu’ils ont créée, touchante, drôle, et chaleureuse a fait le bonheur de tous.
J’ai beaucoup avancé cet été dans l’écriture de mon 3ième livre, vous ne perdez rien pour attendre !
Je suis en train de terminer mon nouveau site, ça a été plus long que prévu. Je vais commencer à faire des videos ensuite sur les pratiques et les clés qui vous permettront de passer de la pression de prouver votre valeur à la liberté d’exprimer votre vraie grandeur et d’en jouir.

Mangez votre dessert avant vos épinards!

 

« Quand je vais avoir un amoureux(se)… obtenir la reconnaissance, le corps, la maison, les sous, le rôle que je désire… quand telle personne, ou la vie, va répondre comme je le souhaite… … je vais pouvoir être heureux(se )!

Pourtant, c’est exactement le contraire : lorsqu’on est bien, on a du pep dans le corps, de la ferveur dans le cœur, des étincelles dans l’esprit, alors on a plus de chances d’aller au bout de ses projets et ses rêves et d’en jouir à fond quand ils se réalisent.

J’ai moi-même été adepte de cette vision du bonheur, qui ressemble au « quand j’vas être grand (e) » de  l’enfance, et je m’y fais encore prendre par moments. lire plus…

Êtes-vous assez fous pour être heureux?

 

Pour le 1er avril revoici ce billet qui va injecter une belle dose de folie créatrice et amoureuse dans vos têtes, vos projets et vos journée!

La pratique que je propose plus bas va donner un second souffle à vos élans et vos vies et vous permettre de jouer un bon tour à vos cercles vicieux et trop sérieux préférés…

Bonne lecture et bonne pratique!

 

Rien de mieux qu’une dose de folie créatrice pour mettre du lousse dans ses cercles vicieux et s’ouvrir à des possibilités inespérées!

lire plus…

Êtes-vous fatigués de forcer pour rien?

 

Je bénis le moment où les écailles me sont tombées de yeux.

Le moment où j’ai réalisé que plus je m’efforçais de changer, plus je m’éloignais de ce que je voulais ressentir, accomplir ou recevoir.

Je suis tombée en bas de ma chaise !

J’ai saisi que celle qui voulait me transformer le faisait pour fuir ce que je suis parce qu’à ses yeux c’était pas assez  fort, beau, intelligent « hot », « cool » ou « in » à son goût.

Du coup, j’ai arrêté de forcer du nez et me suis déposée au fond de moi où  j’ai éprouvé la délicieuse sensation de revenir à la maison, à la douceur de mon cœur, à l’amour.

En lâchant la crampe de ma résistance, j’ai découvert en-dessous un beau mollet tendre, vivant et fluide.

 

Le même renversement salutaire s’est produit dans mes relations.

Quand je m’efforce en vain d’obtenir ce que je désire de quelqu’un qui ne peut pas ou ne veut pas me le donner, ça m’empêche de m’ouvrir à le recevoir.

Comme si je poussais vers l’extérieur sur une porte battante pour l’ouvrir alors qu’elle s’ouvre vers l’intérieur quand j’arrête de pousser.

Je sais maintenant que quand ça ne répond pas dehors, c’est une invitation à prendre l’appel en-dedans.

Que quand je frappe un mur ou une fermeture dehors, c’est une invitation à m’ouvrir plus grand en-dedans.

Quand je vis un rejet dehors, c’est une invitation à m’accepter plus profondément en-dedans.

Quand je vis une trahison ou un abandon, c’est une invitation à être plus proche de moi, plus fidèle à moi-même.

Quand  je me trouve dans une impasse c’est le temps de lâcher le contrôle pour laisser émerger du nouveau…

 

La pratique

Et vous, savez-vous quels sont les endroits où vous forcez du nez pour changer, parce que vous rejetez ce que vous êtes, sentez, vivez ou désirez ?

Voyez-vous les endroits où vous poussez sur l’autre, au lieu de lâcher prise pour vous ouvrir à recevoir ?

Vous allez les reconnaître à leur crispation et leurs jugements, leurs « il faut » stériles et leurs coulis de reproches plus ou moins subtils contre vous et les autres.

Ce sont les endroits où vous tournez en rond, où vous vous tapez ur la tête et où vous essayer de contrôler l’incontrôlable : pas de lousse, pas de tendresse, pas de joie, pas de liberté à l’horizon !

 

Une fois que vous en avez choisi un, faites la pratique qui suit, adaptée de mon livre Le Cœur Créateur.

Ne sous-estimez pas cette pratique parce qu’elle est simple.

Elle nous permet  de lâcher prise pour accéder aux richesses et aux ressources d’une part de nous beaucoup plus vaste, inventive, bienveillante et inclusive que notre petit moi qui force du nez pour rien.

À plusieurs reprises, dites la phrase suivante

– Ce que je vis maintenant est parfait pour lâcher ce qui m’empêche de m’ouvrir à l’amour et de recevoir ce qui me tient à cœur avec bonheur.

En la disant, inspirez profondément -comme si vous humiez un parfum que vous aimez- et laissez pénétrer ces mots jusque dans votre ventre, pour aller vous déposer doucement au fond de vous.

Puis laissez sortir un long Ahhhh vibrant en expirant pour laisser aller vos tensions et vos crispations.

Faites-le jusqu’à ce que vous sentiez une détente, une ouverture, une regain de vitalité, un élan, un espoir ou un apaisement.

Puis restez ouverts aux impulsions ou aux inspirations qui vous viennent naturellement.

Mine de rien, vous venez d’ouvrir le canal du Coeur Créateur pour libérer le meilleur de vous et recevoir le meilleur de la vie et des autres.

 

Si vous voulez rendre cette pratique encore plus tangible et créative.

Dessinez sur une feuille un symbole tout simple de ce que vous vivez ou rencontrez et une image sommaire de vous à côtés (un p’tit bonhomme allumette fera l’affaire).

Faites un grand cœur rouge autour des deux. Puis, tracez une flèche en diagonale qui le traverse et le dépasse.

À la pointe de la flèche, percez un trou avec votre crayon. Insérez-y un bout de papier vierge enroulé qui représente  votre ouverture à recevoir du beau, du bon et du nouveau de ce que vous vivez et rencontrez.

Mettez ensuite cette feuille en vue. Chaque fois que vous la regardez, répétez votre intention de recevoir du bon, du beau et du nouveau de ce qui est là maintenant.

Puis dites simplement merci pour ouvrir votre cœur à recevoir.

Surtout ne vous cassez pas la tête ! Restez curieux et ouverts. Écoutez et suivez ce qui vous vient.

Donnez-m’en des nouvelles, ça me fait toujours plaisir !

 

Denise Noël écrit à: www.coeurcreateur.com/blogue où elle offre des clés pour dépasser nos peurs, libérer le pouvoir créateur de nos relations et développer un qualité de présence qui fait toute la différence dans nos relations et nos créations!

Pour vous inscrire au blogue, écrivez moi à: info@improrelations.com

À vos rêves partez!

IMG_0938

Pouvez-vous vous imaginer un explorateur qui passe son temps à dire:

« c’est juste à moi que ça arrive des rochers escarpés comme ça, c’est pas juste, je joue plus! », « il n’était pas supposé de pleuvoir, je vais porter plainte!»,

« j’ai des ampoules aux pieds, qu’est-ce qui ne marche pas avec moi? », « c’est pas moi qui ai mis ce fossé là, je ne le traverse pas ! »

Non? C’est parce qu’ils ne le prennent pas personnel.

Ils savent que, pour se rendre au bout de leur aventure, ils doivent avoir une forte intention tout en acceptant les difficultés, intempéries, imprévus et risques comme faisant partie du voyage et non comme une invalidation personnelle.

Si, face à vos rêves et vos projets les plus chers, vous adoptez le même mélange d’intention et d’abandon à ce que la vie vous présente, vous serez moins tentés de vous juger, bouder ou baisser les bras devant les embûches.

Vous deviendrez plus curieux, inventifs et persévérants et vous jouirez tellement plus tout le long du parcours!

En prime, vous aurez la surprise de découvrir comment les obstacles et les échecs que vous rencontrez à répétition sont des portes d’entrés vers le potentiel amoureux et créateur de votre vraie nature et de ses  plus grands rêves.

 

Vous pourrez alors :

oser désirer passionnément et être en paix avec ce qui est là maintenant

rester branché sur votre but et vous abandonner à l’inconnu,

vous ouvrir à recevoir, sans contrôler la forme, le moment ou le chemin

vouloir réussir et ne pas fuir l’échec ou le rejet

donner le meilleur de vous sans exiger de garantie en retour

suivre votre voie et être réceptifs aux richesses et au soutien de votre entourage

 

Comme vous voyez c’est tout un art!

Votre désir sera un aimant qui vous électrise et vous attire hors de vos cul-de-sac et votre abandon vous rendra réceptifs aux circonstances, aux relations et aux situations qui vont vous soutenir, vous transformer et vous inspirer.

 

La pratique

Pensez à un obstacle ou une difficulté que vous rencontrez face à un désir ou une relation qui vous tient à coeur.

Relisez les éléments de la liste ci-dessus  (Vous pourrez alors) et choisissez-en un qui a besoin d’être nourri.

Puis demandez-vous:

– qu’est-ce que j’ai besoin de me permettre d’être, de vivre, de vouloir, de laisser aller ou d’exprimer pour … être en paix avec la réalité présente… ou donner le meilleur de moi sans garanties… ou être réceptif au soutien de mon entourage ou…?

Faites ensuite un pas dans cette direction…

Voilà,  à vos rêves partez !

Denise Noël écrit à: www.coeurcreateur.com/blogue où elle offre des clés pour dépasser nos peurs, libérer le pouvoir créateur de nos relations et développer un qualité de présence qui fait toute la différence dans nos relations et nos créations!

Pour vous inscrire au blogue, écrivez moi à: info@improrelations.com

Pourquoi la vraie grandeur vient-elle du coeur?

Lavraiegrandeurvientducoeur.jpg

 

Comme vous voyez, on commence l’année 2014 en grand avec la vraie grandeur du coeur!

Pouvez-vous deviner ce qu’ont en commun les personnes qui suivent?

Une personne reconnait ses torts pour contribuer à la qualité d’une relation,

une autre prend le risque de se planter pour aller au bout d’un élan ou de se tromper pour suivre une inspiration,

une autre embrasse sa peine et sa déception après un échec et fait un pas de plus pour aller vers ce qu’elle souhaite vivre ou réaliser

une autre dépasse sa zone de confort pour être toute là pour quelqu’un ou pour un projet qui lui tient à coeur

une autre s’accepte où elle est, même si ça ne  flatte pas son image, pour se rapprocher de l’amour,

une autre exprime sa vérité, au risque de perdre l’approbation, pour être fidèle à elle-même,

une autre lâche prise sur ses acquis et ses facilités pour aller dans l’inconnu et créer,

une autre reconnait la contribution de ses proches à sa réussite, pour leur donner toute leur importance…

 

Coudonc, sont-elles inconscientes ou « looser »?!

Eh non, chacune a le courage de s’enlever du chemin par amour!

Par amour pour l’épanouissement  du meilleur d’elle-même, du meilleur de l’autre,  d’une création, d’un projet, d’une valeur  ou d’une cause qui lui est chère, de sa vérité, de sa pleine présence, d’une relation….

Chacune est dans sa vraie grandeur, celle de son coeur.

Comme vous voyez, pas besoin de grimper l’Éverest ou d’être sur la scène publique pour être dans sa vraie grandeur.

La vraie grandeur au quotidien est faite de gestes qui renversent nos vieux systèmes de contrôle, de comparaison et d’exigence de perfection au profit de la liberté d’aimer et créer dans la joie.

Ça demande une pelletée de courage, une pincée d’abandon, un char de bienveillance et une tasse d’humilité/humour face à soi, mais c’est à portée  de notre coeur à tous les jours!

 

Pourquoi la vraie grandeur vient-elle du coeur?

– D’abord parce que le coeur ne lève le nez sur rien et nous ouvre plus grand !

Il embrasse tout ce qu’on vit et rencontre, nos émotions, difficultés, talents,  échecs, réussites, conflits, amours pour en faire du vibrant, du chaud, du bon et du beau.

On se sent assez tel qu’on est, notre valeur n’est plus à la merci de nos performances ou des autres et on devient plus libres, plus curieux, plus courageux, plus généreux.

– Ensuite parce qu’il nous branche sur ce qui nous est cher, sur ce qu’on a le goût de vivre et de créer, plutôt que sur nos attentes, nos « Il Faut », et nos réactions contre ces obligations tortionnaires.

Ça nous permet d’aller plus loin, d’aller au bout de soi, en étant plus présents, plus vivants et plus créatifs.

– Enfin, parce qu’il est ouvert à recevoir des inspirations et du soutien de tout et de tous et à l’apprécier avec joie.

Ça enrichit et amplifie ce qu’on est, ce qu’on vit, ce qu’on crée et ce qu’on offre et ça donne aux autres le bonheur de faire une différence pour nous.

 

La pratique

Et vous, quelle est votre expérience de votre vraie grandeur? Quel moment vous a marqué?

Est-ce un moment où vous avez dépassé une résistance pour vous ouvrir à quelqu’un ou à une nouvelle expérience?

Un moment où vous avez pris un risque pour créer ou exprimer quelque chose de nouveau?

Un moment où vous avez été fidèle à vous-même quitte à perdre?

Un moment où vous avez lâché prise pour contribuer à une relation?

Un moment où vous avez osé montrer et offrir plus de vous-même?

Un moment où vous vous êtes enlevé du chemin par amour pour quelqu’un ou pour un projet?

Un moment où vous vous êtes ouvert au lieu de vous fermer?

 

– Qu’est-ce que vous avez lâché, exprimé, vécu ou offert?

– Qu’est-ce qui vous permis d’être dans votre vraie grandeur?

– Comment vous êtes-vous senti?

– Qu’est-ce que vous avez accompli?

 

 

Que diriez-vous de faire un pas vers la grandeur de votre coeur pour partir l’année du bon pied?

Est-ce qu’il y a une situation, un projet ou une interaction, dans laquelle vous pourriez faire un pas maintenant, pour libérer un peu plus la vraie grandeur de votre coeur?

Demandez-vous:

– et si ce que je rencontre ne voulait rien dire sur ma valeur personnelle, si ça n’avait pas rapport avec le fait que je suis correct ou pas, bon ou pas,

qu’est-ce que je me permettrais, qu’est-ce que j’oserais pour répondre aux désirs, aux élans et aux inspirations de mon coeur en liberté?

 

Donnez-m’en des nouvelles, la grandeur du coeur c’est contagieux!

Et si vous avez d’autres exemples de vraie grandeur, faites-les moi parvenir…

 

 

De « jamais assez » à « ensemble » pour Noël!

IMG_0928

Voici l’article pour Noël de la mère Noël!

Celui de l’an dernier en a réjoui et inspiré plusieurs, alors je vous l’offre à nouveau.  Et, comme vous avez changé depuis, il vous fera sûrement découvrir des nouvelles choses!

 

« Au secours, Noël s’en vient avec la course aux cadeaux, et tout le tralala!

Trop souvent, on se sent stressés comme des tirebouchons par tout ce qu’on a à faire et par les obligations qu’on s’impose soi-même.

Ou alors, on se sent seul au monde et on n’ose pas aller vers son ami Léo ou sa cousine Léa avec son besoin de contact erk !

On oublie que le plus beau cadeau, c’est d’être ensemble et de vivre des moments où on se touche, s’apprécie et se réjouit mutuellement.

On oublie que cette connexion vivante et amoureuse nous comble plus que les pâtés de ma tante Alma et les patates pilées avec d’la gravy.

On ignore que lorsqu’on s’en prive, on se retrouve en manque, insatisfait, tout seul dans son coin à languir ou à se bourrer la face pour pas le sentir.

Pourtant, on l’a tous déjà vécu:  quand on est ensemble avec cœur, authenticité et simplicité, on accède à un espace plus vaste et plus riche, pour jouer, rire, se découvrir, s’épanouir, se nourrir, se renouveler.

Pas besoin de mots compliqués, ni de coming out songés pour établir cette connexion.

Ça peut être un mot, un geste d’affection, un soutien, un sourire ou une folie partagés, une écoute réelle, l’expression sans flafla de ce qui nous touche, un élan d’appréciation…

Tout est dans le Qui et le Pourquoi ou l’attitude et l’intention: l’intention d’être présents, ouverts, avec bienveillance et curiosité, à soi et à l’autre.

 

La pratique

D’accord, mais comment on se met en état d’offrir et recevoir ce cadeau ?

Commencez par considérer la qualité de votre présence – votre attention, votre ouverture, votre vitalité, vos élans– comme  une richesse intérieure précieuse, à entretenir, à épanouir et à partager pour la plus grande joie de tous (la vôtre itou bien sûr!)

Puis, ouf, alléluia, déboulonnez vos exigences en donnant congé de devoirs à vos super héros et vos « too much » en herbe.

Allégez-vous du besoin d’être parfaits, que le Père Noël soit parfait, que vos proches soient parfaits, que la dinde soit parfaite et que vos cadeaux soient parfaits !

Regardez ensuite si vous êtes prêts à lâcher vos ressentiments passés date et ce qui vous permettrait de le faire.

Rien de pire que le ressentiment pour bouder son plaisir et gâcher la sauce aux atacas!

Demandez-vous alors ce que vous pourrez vivre, sentir et exprimer de bon, de beau et de nouveau :

–  si vous prenez des vacances de vouloir contrôler, impressionner, changer les autres

– si vous cessez de vouloir répondre aux attentes de tout le monde, pour vous ouvrir à partir de ce que vous êtes et désirez vivre simplement dans le moment

– si vous assumez vos choix en disant oui à vos besoins et non avec courage à ce qui ne vous convient pas,  pour sortir du fameux piège Il Faut/Fuck You!

– si vous acceptez que vous avez besoin d’amour et des autres

– si vous vous ouvrez à être surpris par eux, plutôt que de toujours les coincer dans les mêmes projections

– si vous vous laissez surprendre par vous-même, en réagissant d’une manière nouvelle et étonnante à ce qui vous dérange, vous frustre ou vous heurte.

Ça risque de libérer votre vraie présence pour vous permettre de jouir du moment, de voir les autres et les choses avec un regard neuf, de faire votre bonheur et celui de votre entourage.

C’est ce que je vous souhaite pour les Fêtes :

le cadeau de votre présence libérée, aussi enjouée qu’amoureuse! Un festin pour les sens et pour le coeur!

Et, si vous vous sentez braves, ajoutez ma pratique des chandelles Elle est toute simple mais elle fait des p’tits miracles.

Et, comme Noël est la fête de la lumière, vous n’aurez même pas l’air cucul! Achetez-vous d’abord des chandelles de gâteau de fête.

Puis, quand quelqu’un vous touche, vous inspire, vous réjouit, vous réconforte, ou vous soutient, offrez-lui une chandelle pour célébrer sa présence dans votre vie et dites-lui en quelques mots ce qu’il vous apporte de bon.

Vous pouvez même en faire un jeu collectif avec vos invités, où chacun une chandelle ou deux à offrir pendant le réveillon.

Vous risquez d’être surpris de voir avec quelle candeur et quel bonheur la plupart des gens reçoivent ces humbles chandelles.

Vous serez étonnés des effets réjouissants et inattendus qu’elles auront aussi sur vous.

Donnez-moi de vos nouvelles et passez des belles Fêtes!

Déballez vos cadeaux!

 

IMG_6621

 

Chaque fois que je regarde par les fenêtres de mon condo, je sens de l’émerveillement et une bouffée de gratitude.

Tout est vert… sauf l’hiver !

Même l’hiver, quelques plantes fidèles me tiennent compagnie depuis des années.

Par un beau matin d’automne, je me suis calée confortablement dans le fauteuil le plus potelé de mon bureau.

Surprise de toujours éprouver le même sentiment de gratitude après 7 ans, j’avais le goût de le déballer comme un cadeau.

Les yeux fermés, j’ai visualisé les plages de vert qui m’entourent.

J’ai pris le temps de m’en imprégner en ressentant en détail ce qui me comble quand je les vois.

Chaque fois qu’une nouvelle sensation, émotion, image ou inspiration montait en moi, je ressentais une bouffée de gratitude et je disais merci !

Ça m’a permis de savourer le sentiment d’être enveloppée par la vie, vivifiée par toute cette chlorophylle pétante de santé, bercée par le mouvement des feuilles, gâtée par tant de richesses naturelles gratuites…

C’est pas mêlant, avec tous ces arbres et ces plantes que j’aime, je vis dans la maison du bonheur!

Ça a aussi fait remonter ces petits instants de bonheur si réconfortants, quand au pensionnat dans mon lit, j’avais la chance de voir le ciel et le haut des arbres.

À un moment donné, l’essence de ce qui me réjouissait tant m’est apparue : la beauté !

J’ai réalisé avec gratitude à quel point la beauté est une nourriture essentielle pour mon corps, mon cœur et mon esprit.

J’ai fini cette simple pratique un peu gaga, le sourire aux lèvres, comme après l’amour.

Je n’en revenais pas de ne jamais m’être arrêtée à ce sentiment et j’ai eu goût de multiplier ces moments de découverte amoureuse.

Maintenant je prends, presque chaque matin, le temps de savourer ma récolte de petits bonheurs, en choisissant différentes choses :

une personne, un lieu ou un objet que j’aime, un moment où je me suis sentie bien, une inspiration ou une découverte qui m’ont réjouie, une parole ou un regard réconfortants, un élément de la nature ou un morceau de musique que je trouve beaux, des instants de vérité, de vulnérabilité avec mes participants.

Voilà pourquoi je vous suggère de faire cette pratique à votre tour.

Vous serez surpris des avantages de prendre le temps de déballer et de savourer vos bons moments !

 Vous allez :

– jouir régulièrement de l’état de découverte amoureuse

– habituer vos neurones à prendre le chemin du bonheur

– apprendre à multiplier vos moments de joie

– mieux connaître ce que vous aimez et ce qui vous fait du bien

–  vous sentir plus vivants, plus habités, plus en accord avec votre entourage

–  être surpris par les inspirations et les élans qui surgissent de  cet état

–  être émerveillés par la générosité de la vie …

 

 La pratique :

Choisissez un objet, une personne, une situation, un moment ou un lieu que vous aimez, qui vous procure de la joie ou un sentiment de gratitude.

Prenez le temps de lui faire les yeux doux.

Visualisez-le avec un regard curieux, détendu, ouvert et absorbez-vous dans sa contemplation en ressentant ce qu’il soulève de bon en vous :

les sensations, les émotions, les images.

Décrivez-les tout haut comme si quelqu’un vous écoutait et que vous pouviez lui transmettre votre état intérieur en lui en faisant part en détails.

Laissez-vous toucher, inspirer, transporter en disant merci, jusqu’à ce que vous vous sentiez pleins à ras le bord de vie, d’amour, de joie, d’émerveillement…

 

Bonne pratique! Donnez-moi des nouvelles de ce que vous avez découvert!

 

Embrassez le tremblement!

IMG_0023

 

Qui aurait cru qu’un handicap subit et débilitant pourrait rendre un peintre beaucoup plus créateur et inventif qu’il ne serait sans ce handicap?

Voici une vidéo qui illustre à merveille comment le fait d’embrasser notre réalité présente avec nos obstacles et nos vulnérabilités, en restant connectés à ce qu’on désire réaliser, fait apparaitre des possibilités inattendues dans ce qui était négatif au départ:

Malheureusement, il est en anglais, mais il dure seulement 10 minutes, il est captivant et simple à saisir.

En l’écoutant, imaginez quel arc-en-ciel pourrait émerger dans la brume de vos difficultés, si au lieu de vous juger ou vous rejeter, vous les abordiez comme des ressources pour réaliser de ce qui vous tient à cœur au-delà de ce que vous pouvez imaginer.

 

Il y a deux mouvements essentiels à cet art de la découverte amoureuse:

– embrasser la réalité telle qu’elle est avec tout ce qu’elle contient

– s’ouvrir aux inspirations, aux pistes et aux élans qui nous viennent de cette connexion bienveillante, en sortant des sentiers battus de nos contrôles et nos images, pour se laisser inspirer par ce qui nous entoure.

 

La pratique

Choisissez une difficulté ou un obstacle qui vous donne du fil à retordre.

 

1- Pour y découvrir des nouvelles manières d’être, de vous exprimer et d’interagir, commencez par porter attention à ce qui se passe dans votre corps en disant Bienvenue aux émotions, aux sensations et aux réactions que cette difficulté soulève en vous.

Ça va vous aider à laisser aller vos résistances face à ce qui se passe présentement.

Comme le peintre dans la vidéo, en embrassant votre réalité présente, vous pourrez accéder à des inspirations et des élans créateurs insoupçonnés.

 

2- Imaginez ensuite une boucle rouge autour de la personne, du malaise, de la difficulté ou la situation qui vous donne du fil à retordre, comme si c’était un cadeau qui dégage un parfum que vous aimez.

Inspirez profondément ce parfum en vous ouvrant à recevoir la perle d’inspiration qu’il contient.

Dites avec bonheur :

– Je m’ouvre à recevoir du bon, du beau et du nouveau de cet obstacle ou ce malaise et de ce qu’il éveille en moi.

Puis restez détendus et curieux jusqu’à ce qu’un élan ou une inspiration vous vienne naturellement de cette connexion.

Ne forcez rien. Acceptez de ne pas savoir et de ne pas contrôler la possibilité qui cherche à naitre.

S’il vous vient une intuition ou une impulsion, suivez-la pas à pas.

Si vous vous sentez simplement plus vivants, ouverts, curieux et heureux, jouissez-en!

S’il ne vient rien de nouveau, lâchez prise et revenez à vos occupations habituelles, en restant ouverts à ce qui vous touche, vous anime ou vous intrigue.

Une nouvelle possibilité risque de vous apparaitre dans le feu de l’action ou à travers vos interactions.

Pour vous aider à rester en état de découverte amoureuse, lorsque quelqu’un ou quelque chose vous inspire ou vous fait vibrer, dites une des phrases suivantes en y injectant de la joie :

– Merci, ce que tu viens, d’exprimer ou de faire me touche, m’anime

– Wow, ce que tu es me donne le goût de… me fait découvrir…

– ôôôh, ta présence m’inspire…

Puis suivez la trace de ce qui vous fait vibrer en étant attentifs aux arcs-en-ciel qui  apparaissent sur votre chemin.

 

 

Souscrivez à ma liste d'envoi et soyez avisez les premiers de mes nouvelles parutions d'articles!

Recevez aussi en cadeau les clés pour transformer vos impasses en possibilités inespérées!

Merci, vous avez bien été ajouté sur ma liste d'envoi